Le risque radon en France

risque radonLe radon est un gaz radioactif provenant des sous-sols et plus précisément de la désintégration du radium et de l’uranium qui s’y trouvent. S’il est présent en forte quantité dans l’air, il peut, à long terme favoriser l’apparition de cancer des poumons. C’est pourquoi, sur certaines parties du territoire français particulièrement exposé, il est nécessaire d’adopter les bonnes démarches.

On trouve du radon sur la totalité du territoire français mais son taux dans l’air est très variable. De ce fait, une cartographie des concentrations de radons en France a été réalisée par l’ISRN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), à la demande de l’Autorité de Sûreté Nucléaire. 3 catégories ont donc été déterminé pour déterminer le potentiel du radon dans chaque commune. Quels sont ces catégories ? Quelles conséquaences pour les habitants d’une ville à forte concentration en radon ?

Risque radon : 3 catégories de territoire

Comme indiqué précédemment, il existe trois catégories pour classer les communes de France relativement au taux de radon qu’on y  trouve. Notons que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a établi le seuil recommandé de radon à 100 Bq/m3. Le Ministère de la Solidarité et de la Santé fixe, quant à lui, le seuil de gestion du radon à 300 Bq/m3.

Voici des informations générales sur chaque catégorie.

  • Catégorie 1 : Les communes concernées présente des concentrations en radon faible dans la majorité des bâtiments avec moins de 2 % d’entre eux où la concentration en radon est supérieure à 300 Bq.m-3.
  • Catégorie 2 : Le potentiel radon y est faible mais des particularités géologiques favorisent le transfert du gaz dans les bâtiment.
  • Catégorie 3 : Le potentiel radon y est significatif. Plus de 10 % des bâtiments ont enregistré un taux de radon supérieur à 300 Bq/m3.

Attention : être situé sur une commune classé radon catégorie 3 ne signifie pas nécessairement que l’intérieur de votre habitation est très chargé en radon. Outre l’emplacement géographique au sein de la commune, d’autres facteurs influent sur le taux de radons dans l’air. Des facteurs extérieur comme le vent mais aussi des facteurs liés à l’habitation, à l’état de ses fondations, des aérations, etc et de son contact avec le sol.

En outre, des comportements humains influent également sur la présence de radon dans l’air. Pour diminuer le taux de radon dans l’air, il est nécessaire d’aérer chaque jour son logement. Un système de ventilation peut également s’avérer tout indiqué si un fort taux de radon est décelé.

Connaître le taux de radon dans son intérieur

Pour mesurer le taux de radon à l’intérieur d’un habitation, il existe des détecteurs de radon, aussi appelés dosimètres radon. Il est recommandé d’effectuer plusieurs mesures dans plusieurs pièce de l’habitation afin de recueillir un information plus complète.

Par ailleurs, pour davantage de fiabilité, les mesures doivent être effectuées en période hivernales, c’est-à-dire, entre le 15 septembre et le 30 avril de l’année qui suit. Le détecteur doit être placé en sécurité et à au moins 1 mètre du sol (et, au maximum,  à 2 mètres du sol) et dans un espace dégagé.

infiltration radon

Les mesures doivent durer environ 2 mois. Pour davantage d’informations, consultez ce guide pratique sur la mesure du radon.

Plusieurs entreprises françaises propose des densimètres : Analyse-radon, Radonova laboratories… Vous pouvez vous rendre sur leur site Internet pour vous procurer un densimètre. Généralement, ces systèmes de détection du radon valent quelques dizaines d’euros.

Si vous ne souhaitez pas ou ne pouvez pas effectuer ces mesures par vous-même, vous pouvez vous adresser à un organisme agrée dont vous trouverez le nom et les coordonnées sur le site Internet de l’Autorité de sûreté nucléaire.

L’infiltration du radon dans un habitat

Le radon est initialement présent dans le sol terrestre mais on peut également en trouver, en quantité moindre dans les matériaux de construction ou dans l’eau.

Le radon entre dans les habitations essentiellement par l’interface entre le plancher du bâtiment et le sol, autrement dit généralement par les caves, les vides sanitaires, les planchers les plus bas des habitations. Les fissures, la dégradation des planchers, le manque d’étanchéité d’une dalle, un puisard, le passage des canalisations… sont autant de “fuites” où peut s’infiltrer le radon.

L’aération d’un logement est primordiale pour réduire la présence de radon dans l’air. La concentration en radon d’un intérieur peut grandement varié en fonction de l’aération.

En outre, entreprendre des travaux d’étanchéité du sol s’avère aussi pertinent pour réduire l’exposition du logement au radon de même que les performance énergétique de celui-ci.